Logo de la CRAJEP

       

>> RETOUR SUR LA JOURNÉE D’ÉCHANGES

"Réforme des rythmes : l'ambition éducative à l'épreuve des inégalités territoriales"

Suite à cette rencontre, organisée le 10 juin 2015 en partenariat avec la DRJSCS, La CRAJEP Île-de-France a souhaité valoriser les analyses, échanges et pistes soulignés par les intervenants et participants. Retrouvez les temps forts de cette rencontre ci-dessous

Ouverture de la journée
 


Robert TURGIS, Président de la CRAJEP Île-de-France.
Propos d'ouverture de Robert TURGIS


 
 

https://gallery.mailchimp.com/7b8a68b006d1028db07523cb0/images/c4f2108e-7fa2-4127-936e-bb8e96aa8d47.jpg?_ga=1.33287102.1625479764.1443086314



Céline CALVEZ, Responsable du Pôle Social, Jeunesse et Vie associative - DRJSCS Île-de-France.
Propos d'ouverture de Céline CALVEZ



 

 
 
 
Inégalités territoriales et communauté éducative : analyse des politiques éducatives

Thomas Kirszbaum - Chercheur associé à l'Institut des Sciences sociales du Politique. Enseignant au CNAM et au département de science politique de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Politiques publiques et inégalités territoriales, l'exemple de l'éducation (texte intégral)
Les inégalités d’accès aux ressources éducatives sont à la fois une conséquence et une cause de la ségrégation urbaine. Cet enjeu appelle à une plus grande équité dans la répartition spatiale des ressources publiques et d’autres pratiques institutionnelles en direction des enfants et familles de milieux populaires. L’exemple de la politique de la ville est révélateur d’importantes résistances au changement.

 
 

 
 
Véronique Laforets - Sociologue spécialiste des politiques éducatives locales, Laboratoire de recherches coopératives.
La communauté éducative au service d'une politique éducative de territoire?
(texte intégral)
Depuis plus de trente ans, la notion de « communauté éducative » accompagne l'émergence des politiques éducatives locales. Pour autant, il reste difficile de savoir qui précisément compose cette communauté, et quelles sont ses prérogatives. Questionner ce qui apparait comme un lieu commun consensuel éclaire les difficultés des éducateurs à travailler ensemble, et ouvre des pistes pour asseoir les projets locaux d'un point de vue politique et pédagogique.


Pistes de réflexion des ateliers


Atelier 1 - Spécificité des territoires et action éducative - synthèse de l'atelier
Pour répondre aux besoins spécifiques des territoires en matière éducative, l'atelier a identifié les pistes suivantes :
- établir un diagnostic de territoire en préambule à tout PEdT
- décrire des projets politiques ambitieux en matière éducative, dotés de moyens appropriés
- prendre le temps de construire des Projets Éducatifs Locaux (au-delà des PEdT)
- Veiller à l'équilibre entre enseignement identiques sur tout le territoire national et l'adaptation des politiques locales d'éducation.


Atelier 2 - Nouveaux espaces, nouvelles pédagogies, nouveaux partenariats?  Synthèse de l'atelier.     
Cet atelier a exprimé les besoins suivants pour alimenter de nouveaux partenariats et pédagogies :
- besoin des acteurs éducatifs de mieux se connaitre et de s'apprivoiser
- besoin de temps collectifs partagés
- ces temps collectifs pourraient être destinés à de la co-élaboration / amélioration d'outils et de démarches au service du temps de l'enfant
.

Atelier 3 - Place des parents au sein de la communauté éducative ? 
Synthèse de l'atelier.
La place des parents au sein de la communauté éducative est largement à améliorer. En considérant les parents et enfants comme des acteurs de leur émancipation, nous pouvons changer de logique pour mettre en avant ce qu’ils peuvent apporter de positif et soutenir cet enjeu d’émancipation et de reconnaissance.

Atelier 4 - Enjeu des ressources humaines pour une action éducative de qualité
Rozenn Merrien, membre de la Commission Permanente de l’ANDEV – Directrice de l’enfance de Saint Denis, a introduit l'atelier. Pour répondre à ces enjeux, le groupe a exprimé les besoins suivants :
- Un besoin de formations adaptées aux nouveaux enjeux
- Nécessité d'espaces de travail pour construire ensemble (espaces de temps partagés, de temps de régulation, de temps d’adaptation à la fonction, du tutorat, de l’accompagnement)

APRÈS-MIDI
# 14h30 - Table ronde :"Communauté éducative : des enjeux à l'action"     
Les acteurs de la communauté éducative présents ont répondu aux enjeux suivants : Quelles conditions réunir pour la construction d'une politique éducative territoriale? Quelles avancées du travail partenarial? Quelle relation paritaire avec les parents?

- Monsieur Vincent LARRONDE, Inspecteur d’académie adjoint, Académie de Paris

- Madame Goucem REDJIMI, Conseillère jeunesse à la DRJSCS
Pour lire son intervention, cliquez ICI.

- Madame Estelle BOURETTE, Adjointe au Maire déléguée à la démocratie locale et à la citoyenneté, Ville de Torcy
Mme Bourette a insisté sur l'importance de la coéducation, de la formation des acteurs, du projet éducatif national et, plus généralement, des moyens à mettre en œuvre avec le soutien de l'Etat.

Pour lire son intervention, cliquez ICI.

- Monsieur Didier JACQUEMAIN, Vice-président du CAPE
M. Jacquemain souligné l'importance des 5 priorités suivantes :
- La mobilisation des acteurs locaux
- Le temps libre dans le processus d’éducation
- La participation des enfants et des adolescents
- La formation des professionnels de l’action éducative
- Une gouvernance mobilisatrice
Pour lire son intervention, cliquez ICI.


- Monsieur  Rodrigo ARENAS-MUNOZ, Président de la Fédération des Conseils de Parents d'élèves de Seine-Saint-Denis
Pour lire son intervention, cliquez ICI.

- Monsieur Patrice CERUTTI, Responsable AFO de la CAF de Seine-et-Marne

Pour lire son intervention, cliquez ICI.

 

# 16h - Les relations de l’école avec le monde extérieur en France et en Amérique du Nord
Denis Meuret, Professeur émérite en sciences de l’éducation, université de Bourgogne, IREDU.
L’ « école démocratique » d’Amérique du Nord et l’ « école républicaine » se distinguent quant aux buts de l’éducation, mais aussi quant à sa forme. L’école démocratique aime le monde tandis que l’école républicaine tend à s’en couper pour protéger les élèves de son influence pernicieuse. Entre autres, il en découle que la première est plus ouverte à l’idée que l’on n’apprend pas seulement à l’école, que l’on apprend en faisant, que le rôle de l’école est de mettre l’élève en position d’apprendre du monde.

Pour accéder à sa présentation, cliquez ICI.