Logo de la CRAJEP

Un réseau régional d'éducation populaire

 

> Vous avez dit « éducation populaire » ?

Une démarche commune

Des objectifs :
. d’éducation et de construction du sens critique des personnes (émancipation individuelle) ;
. de construction d’une conscience de groupe, indispensable pour faire naître l’action collective (source de développement des personnes et outil de transformation sociale).

  • Offrir au plus grand nombre l’accès à la culture et les outils permettant d’élaborer un regard critique et construit sur la société.
  • S’adresser à tous, tout au long de la vie. Importance de la mixité des publics.
  • Développer une pédagogie active, des pratiques participatives, des échanges réciproques de savoir. Rôle du faire ensemble, de la participation à des activités. Échanges de savoirs et échanges de pratiques (pas de savoirs descendants).
  • Permettre à chacun d’élaborer un regard critique sur le monde qui nous entoure. Donner des clés de compréhension : aider à la formation du citoyen et montrer que la citoyenneté active s’apprend en se faisant.

Culture et Liberté, Rapport « Être mouvement d’éducation populaire aujourd’hui », mars 2007

Un ancrage historique (quelques repères chronologiques)

L'histoire de l'éducation populaire précède celle de l'école laïque, gratuite et obligatoire. Elle s'ancre dans la volonté de donner à ce qu'on appelle alors "le peuple" les éléments de la connaissance nécessaires à son émancipation par la connaissance et la prise en charge de son propre destin.

On peut faire remonter les origines intellectuelles au mouvement des Lumières (Condorcet), mais surtout au XIXe siècle. La Révolution de 1848 : premières expériences d'écoles du peuple. Deuxième moitié du XIXe siècle : premier élan du mouvement (1866 : création de la Ligue de l'enseignement), multiplication du mouvement des universités populaires liées à l'Affaire Dreyfus au tournant du siècle.

Début du XXe siècle, l'histoire de l'éducation populaire est très liée à celle de la l'émergence des premiers patronages, colonies de vacances et mouvements de jeunesse.

Léo Lagrange devient le premier sous-secrétaire d’État à l’organisation des Sports et Loisirs au sein du gouvernement de Front populaire (juin 1936). Cette époque constitue en outre une étape décisive dans l’émergence d’un mouvement associatif conscient et organisé.

Seconde guerre mondiale, certains de ces mouvements entrent dans la clandestinité, d'autres mouvements d'éducation populaire naissent de la Résistance.

Seconde moitié du XXe siècle, la structuration de la profession d'animateur constitue un fil conducteur de l'éducation populaire.

> Un Livre ouvert sur nos relations avec les pouvoirs publics régionaux

Marquant sa volonté d'établir des liens de nature politique (au sens citoyen) et un partenariat réel avec les pouvoirs publics (et en particulier avec le Conseil régional) sous une autre forme que les appels d’offres de plus en plus fréquents qui instrumentalisent les associations en les réduisant au rang de prestataires de services, l’ARDEVA-CRAJEP s’est engagée depuis 2004 dans une démarche d’écriture collective d’un Livre ouvert.

Ce livre poursuit un double objectif :

  • Valoriser le plus des associations d’éducation populaire dans les actions qu’elles mènent afin de montrer qu’elles sont des opérateurs intelligents non réductibles à des prestataires de services ;
  • Co-construire avec le Conseil régional les modalités de la concertation en tant que contributeurs de l’organisation sociétale. Le Livre ouvert ne se veut pas un catalogue de plaintes ni une simple liste de revendications. Il constitue au contraire l’occasion de préciser sur quoi et comment les fédérations et associations d’éducation populaire rassemblées au sein de la CRAJEP entendent renforcer leurs coopérations, entre elles et avec leur environnement institutionnel, mais aussi sur quoi et comment elles sont déterminées, s’il y a lieu, à assumer du conflit.

> Une commission culture – éducation populaire

En décembre 2004, une commission culture a été créée au sein de l’ARDEVA-CRAJEP afin de mettre en oeuvre des chantiers communs. Elle suscite des échanges entre les réseaux d’éducation populaire franciliens et a pour objectif, à plus long terme, de donner une meilleure visibilité aux pouvoirs publics régionaux (État et Conseil régional) des actions culturelles menées dans nos associations. Elle offre un cadre permanent de réflexion politique sur les pratiques et actions culturelles. Dès 2006, la  commission a impulsé des visites inter-réseaux de lieux et/ou d’expériences d’actions culturelles menées dans des structures d’éducation populaire. De 2008 à 2010, elle a animé un cycle de rencontres autour de la mémoire et de l'histoire de l'immigration.

Plus d'infos sur notre page conscarée à cette commission

 

> Une commission animation volontaire

En 2011 s'est constituée la commission animation volontaire afin de :

  • être en veille sur le BAFA-BAFD, le statut du volontariat, les accueils collectifs de mineurs ;
  • avoir un débat de fond sur les enjeux éducatifs en centre de loisirs et de vacances ;
  • échanger sur les différentes interprétations des textes réglementaires ;
  • construire avoir une parole commune à porter ;
  • réfléchir à l’articulation avec le groupe d’appui « Engagements » du CNAJEP.


> Une commission formation professionnelle

De 2007 à 2010, la commission Formation professionnelle de la CRAJEP s’est donné pour objet de :

  • élaborer collectivement pour interpeller nos interlocuteurs politiques et institutionnels ;
  • devenir un interlocuteur de la Région pour travailler avec elle sur ses orientations en matière de formation professionnelle (notamment faire évoluer son l’offre de formation et sortir du tout marchés publics) ;
  • amener la DRDJS à mieux travailler la question de la formation professionnelle dans le secteur de l’animation socio-culturelle (moins lisible jusqu’à présent que le champ sportif) ;
  • travailler avec d’autres partenaires régionaux sur la formation professionnelle, notamment les OPCA et le CNFPT.

Plus d'infos sur notre page consacrée à cette commission


> Une commission information - communication

L’initiative a été prise depuis 2006 de réunir régulièrement les chargé-e-s de l’information et de la communication des réseaux membres de la CRAJEP. L’objet de ces rencontres est de développer les échanges pour coopérer davantage et engager une dynamique de réflexion et d’action inter-réseaux afin de : 

  • mieux évaluer les besoins communs des réseaux en matière d’information ;
  • faire remonter l’information des réseaux vers la CRAJEP afin d’alimenter et de faire évoluer les différents supports d’information et de communication existants (lettre mensuelle, site internet...) pour une meilleure visibilité collective des démarches et des actions de nos réseaux ;
  • favoriser la diffusion de l’information de la CRAJEP aux réseaux membres, en s’appuyant sur des personnes ressources identifiées, en complément des administrateurs et/ou personnes contact de la CRAJEP ;
  • améliorer la circulation des informations entre les réseaux membres ;
  • échanger autour de la fonction de chargé-e de l’information et/ou de la communication dans des réseaux d’éducation populaire.

Plus d'infos sur notre page consacrée à ce groupe de travail